L’histoire du Spikeball : l’ascension du sport

Les débuts du Spikeball comme sport sont particuliers, ce n’est que récemment qu’il a rencontré beaucoup de succès (ou retrouvé le succès) et que les gens ont commencé à le découvrir davantage et à y jouer.

L’histoire du Spikeball

Le jeu lui-même et les règles du Spikeball ont été inventés au 20ème siècle, mais qui les a inventés et rendus populaires est un sujet qui se discute comme vous allez le constater. Alors lançons-nous ensemble sur la piste du Spikeball.

Quand le Spikeball a-t-il été inventé ?

Les origines du Spikeball remontent à 1989 et au fabricant de jouet, Jeff Knurek, qui l’a inventé et commercialisé à travers l’entreprise de divertissements japonaise Tomy.

Les 6 années suivantes, le Spikeball a rencontré un certain succès et de nombreuses personnes se sont mises à y jouer. Toutefois, il a lentement été abandonné car l’inventeur et les autres fabricants de jouet n’ont pas mis à jour l’équipement qui est devenu obsolète.

Ce n’est qu’en 2004-2005 que Chris Ruder, le CEO de Spikeball Inc., a relancé le Spikeball en apportant quelques changements au design et des améliorations à l’équipement d’origine. Comment donc ?

Lors d’un voyage à Hawaï en 2003, des amis ont apporté leur vieil équipement de Spikeball pour y jouer. Après avoir cerné le jeu, il a l’a trouvé si intéressant qu’après s’être renseigné et découvert que la marque du jeu avait expiré et qu’il n’y avait pas de brevet, il s’est dit qu’il fallait vraiment le mettre au goût du jour et le relancer.

Ayant compris son potentiel, il a décidé de saisir cette opportunité et acquis la marque pour seulement 800 $. Après quelques années de recherches marketing et d’améliorations nécessaires à l’équipement du Spikeball, un nouveau matériel était conçu qu’il a commencé à commercialiser et à vendre.

Au lancement de Spikeball Inc en 2008, il utilisait son sous-sol comme dépôt. 5 ans après il générait plus d’1 millions de revenus annuels.

Le début de la gloire

Après cet énorme succès, de grands revendeurs, tels que Dick’s Sporting Goods, se sont mis à vendre le Spikeball. C’est à ce moment là que les tendances sur internet ont tourné en faveur du Spikeball qui a fait l’objet de centaines de nouvelles recherches par jour, ce qui, au final, n’est pas si étonnant, étant donné qu’il s’agit d’un sport super divertissant.

Toutefois, ce n’est pas ce qui a propulsé le Spikeball sous les feux de la rampe mais plutôt « Shark Tank » en 2015. En effet, Spikeball Inc. est apparu dans l’épisode final de la saison 6, ce qui a constitué les prémices de son vrai succès commercial.

Chris Ruder a offer 20% de la compagnie pour 500 000 $ à Daymond John, et bien qu’ils n’aient pas conclu l’affaire dès les mois suivants, le Spikeball avait déjà bénéficié d’une bonne publicité et s’est envolé. Voilà comment le Spikeball a débuté son succès commercial.

Ensuite, des programmes et publications tels que Dude Perfect (l’un des groupes de divertissements sportifs les plus influents dotés de 38 millions d’inscrits sur YouTube), « The Today Show » et Inc. Magazine ont commencé à mettre le Spikeball en vedette, ce qui a encore accentué la popularité du sport dans les médias mainstream.

Et le nom alors ?

Eh bien, comme je l’écris ici, il y a un peu de confusion autour du nom de Spikeball du fait de sa renaissance.

En effet, le premier kit de Spikeball inventé en 1989 s’appelait déjà Spikeball, et quand Chris Ruder l’a découvert et relancé, la marque étant expirée, il a repris le nom et l’a rendu célèbre.

Toutefois, du fait de son succès commercial, la concurrence est apparue, et d’autres fabricants d’équipements de sport ont souhaité produire le kit Spikeball pour faire de l’argent. La marque d’origine Spikeball a alors été mise en danger, notamment du fait que plusieurs marques continuaient à commercialiser l’équipement sous le même nom.

C’est pour cette raison que Spikeball Inc., et à sa tête Chris Ruder, ont trouvé une solution pour protéger leur marque en rebaptisant le Spikeball roundnet, comme nom générique pour le jeu. C’était logique étant donné qu’on utilise un filet rond pour y jouer.

À présent, bien que les autres marques appellent ce sport roundnet et que seul un Spikeball existe officiellement, les gens continuent à utiliser ces deux noms de façon indifférenciée car c’est celui qui l’a rendu célèbre.

Les autres marques de roundnet

Puisque nous abordons le sujet de la concurrence de Spikeball et des marques qui ont conçu des équipements similaires, certaines d’entre elles ont rencontré un certain succès ces dernières années. La marque probablement la plus confondue avec Spikeball est Slammo

Pour connaître leurs principales différences, lisez ma publication Slammo vs. Spikeball. Elle vous donne une bonne perspective sur le sujet.

Il y a également Bounceball, surtout connu au Brésil, et Revol, également connu mais pas autant que Spikeball.

De tous les fabricants, Slammo est donc le concurrent de Spikeball qui a le plus de succès et qui vend un équipement similaire moins cher, ce qui fait de la marque une alternative célèbre au Spikeball d’origine. Toutefois, les joueurs plus anciens préfèrent Spikeball à cause des quelques différences dans l’équipement et de la qualité globale.

L’histoire de Spikeball

Au final, le Spikeball a une sacrée histoire derrière lui et c’est une belle réussite du point de vue de Chris Ruder. Il est tombé par accident sur l’équipement obsolète d’un jeu oublié depuis longtemps. Il crée une affaire d’un million de dollars avec, grâce à ses améliorations, sa commercialisation du jeu, aux médias mainstream et à la reconnaissance de revendeurs d’équipements sportifs réputés.

Pour y avoir joué, je pense sincèrement que le spikeball mérite amplement le succès et la reconnaissance dont il bénéficie, et ce jeu est tellement divertissant quel que soit l’âge que toutes les familles devraient en posséder un pour y jouer lors des longs weekends ensoleillés.

Si vous voulez en savoir plus à propos du Spikeball, jetez un coup d’œil à ma section des FAQ qui contient des infos basiques et un peu moins basiques qu’on ne trouve pas si facilement sur le net.

En attendant, j’adorerais communiquer avec vous sur mes pages Facebook et Instagram pour encore plus de conseils et de recommendations cools sur les paddles et les kayaks.

I might earn a small commission when you make a purchase through my link, so that I can keep my site running and pay the hosting bill. Read my affiliate policy to learn more.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Review written by: Tom

Hi! My name is Tom. During the year I try to be on a paddle board as much as possible. By reading this blog you'll stay updated on everything I test on the water :)